00 00 00 00
icone interimaire médicalDéposer mon CV top-bar-line
icone client médicalTransmettre un besoin top-bar-line
icone client médicalContacter mon agence top-bar-line

Fiche de poste : Aide médico-psychologique

Mission principale de l’aide médico-psychologique

En prodiguant des soins et en répondant à des objectifs sociaux et/ou éducatifs, l’aide médico-psychologique se situe à la frontière du secteur social et du secteur de la santé. La mission principale de ce professionnel du paramédical est d’assister les personnes fortement dépendantes, à savoir les personnes handicapées physiquement ou psychologiquement (qu’elles soient enfants, adolescents ou adultes), les personnes âgées et les personnes souffrant de troubles psychiatriques (déficients mentaux, sensoriels ou moteurs).

Il les soutient dans les actes essentiels de la vie quotidienne et les aide à rompre leur isolement en les encouragent à communiquer au travers d’activités d’éveil. Tout au long de la journée, l’aide médico-psychologique va donc aider ses patients à se lever, à se laver et à s’habiller, à se nourrir, à se déplacer ou à s’assoir.

Non seulement il les aide à faire ce que toute personne en bonne santé physique effectue tout naturellement dans une journée, mais il stimule leur cerveau, les divertit et les encourage à communiquer à et s’exprimer en leur proposant des activités qui peuvent être réalisées malgré leur état de santé.

Grâce à cet accompagnement personnel et à l’aide concrète qu’il apporte à ses patients, il établit une relation attentive, réconfortante et sécurisante. Ainsi, il participe aussi bien au bien-être physique qu’au bien être psychologique des personnes auxquelles il vient en aide.

Les qualités et compétences requises d’une aide médico-psychologique

C’est un métier pour les personnes en bonne condition physique aimant prendre soin des autres.

La communication étant une des composantes essentielles de la mission de l’aide médico-psychologique, le métier requiert en premier lieu de disposer de bonnes qualités relationnelles.

Il doit également être très disponible, très patient et particulièrement robuste et énergique. En effet, les personnes assistées requièrent énormément d’attention et ont besoin d’être aidées en permanence.

Parce que les personnes assistées sont souvent fragiles et parfois même perturbées, l’aide médico-psychologique doit également être équilibré, émotionnellement stable et professionnel mais capable d’empathie. Leur attention doit être permanente et leur écoute constante. Bien communiquer en paroles ou en acte est donc essentiel.

Lieu d’exercice et heure de travail d’une aide médico-psychologique

L’aide médico-psychologique intervient essentiellement dans le secteur associatif, les communes et les hôpitaux. On les retrouve ainsi dans divers établissements tels que :

  • Les instituts spécialisés pour les enfants handicapés ;
  • Les foyers médicaux, les hôpitaux généraux, les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite et résidences pour personnes âgées ;
  • Les établissements accueillant les personnes handicapées. On compte par exemple les instituts médico-éducatifs ou IME, les instituts médico-professionnels ou IMPRO, ou encore les centres d’aide par le travail ou CAT ;
  • Il peut également exercer dans des institutions ou au domicile des personnes qu’il assiste.

L’aide médico-psychologique travaille en équipe avec différents acteurs de la santé : médecins, éducateurs, assistants de services sociaux, psychologues, ou encore orthophonistes. Il les seconde selon la structure d’établissement dans lequel il exerce et selon les circonstances.

Assistant ses patients dans les gestes du quotidien, ce professionnel travaille essentiellement en journée (8h à 20h). Toutefois, il peut être amené à travailler de nuit ainsi que certains week-ends. Il se doit donc d’être très flexible.

Rémunération et salaire d’une aide médico-psychologique

Dans le secteur privé, la rémunération est fixée par des conventions collectives. En moyenne, il varie entre 1150€ et 1600€ net par mois. En début de carrière, le salaire est proche du SMIC et en fin de carrière, il oscille entre 1400 et 2000€ par mois. Lorsqu’il travaille de nuit ou le week-end, il touche des primes.

Dans la fonction publique, le salaire perçu est fonction du grade et de l’échelon. La rémunération se compose d’une rémunération principale, croissante avec l’ancienneté, et de diverses indemnités et primes qui dépendent notamment du lieu d’exercice et de la situation familiale (nombre d’enfants à charge). Hors prime, le salaire brut est ainsi de 1400€ par mois pour un débutant et de 1886€ brut par mois en fin de carrière.

Carrière en fonction publique

Sous la responsabilité de l’éducateur, il participe aux tâches éducatives et à la dispense de soins infirmiers suivant les conditions définies dans le code de la santé publique.

L’exercice de la fonction dans le secteur public requiert de passer un concours sur titre pour les candidats titulaires du Diplôme d’État d’aide médicale et psychologique ou d’un équivalent.

La promotion interne est également possible pour les agents hospitaliers ayant un minimum de huit ans d’ancienneté dans leur corps, à condition qu’ils soient sélectionnés par la commission administrative paritaire, et sur leur avis.

Pour les fonctionnaires de catégorie C de la fonction publique hospitalière, de la fonction publique de l’État, et de la fonction publique territoriale, le métier est accessible par voie de détachement ou d’intégration directe s’ils occupent un emploi dont l’indice brut de début est au moins égal à l’indice afférant au 1er échelon du grade ou s’ils sont titulaires d’un grade.

Évolutions professionnelles d’une aide médico – psychologique

Avec de l’expérience, l’aide médico – psychologique pourra être en charge d’une équipe.

Il pourra également évoluer en tant que moniteur – éducateur. Son rôle en tant que tel sera d’animer des groupes et d’organiser des activités pour développer l’autonomie d’enfants et d’adultes inadaptés ou handicapés.

Une autre possibilité est de devenir éducateur spécialisé. Ce dernier a pour mission de contribuer à l’éducation d’enfants, d’adolescents ou de jeunes adultes ayant des difficultés d’insertion. L’exercice de cette profession se fait en milieu scolaire, dans le secteur de la santé ou également auprès du service de protection judiciaire de la jeunesse.

Le métier d’aide-soignant est également accessible en passant par un diplôme de validation des acquis de l’expérience.

L’éventail des opportunités de carrière est d’autant plus large grâce aux allégements de formations et de dispenses dont il bénéficie dans le secteur social. En entamant une autre formation, il peut donc accéder à d’autres métiers du secteur.

Par exemple, il bénéficie d’une dispense de quatre à six unités d’enseignement de la préparation au Diplôme d’État Auxiliaire de vie sociale (DEAVS)  et de cinq à huit unités pour le diplôme professionnel d’aide-soignant (DPAS).

Les allégements de formation sont accessibles aux personnes ayant cinq années d’expérience professionnelle et concernent le diplôme d’État de technicien d’intervention sociale et familiale (DETISF), le diplôme d’état d’éducateur spécialisé (DEES) et le diplôme d’État de moniteur éducateur (DEME).

Formation d’une aide médico – psychologique

Ce métier a l’avantage de ne pas nécessiter de longues études. Le métier est ouvert aux titulaires du Diplôme d’État Aide médico-psychologique (DEAMP) et à ceux du Diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS).

Toutefois, depuis le 29 janvier 2016, le DEAMP a fusionné avec le DEAVS pour donner lieu au diplôme d’État d’Accompagnant éducatif et social (DEAES). Cette fusion a permis de résoudre le fait que plusieurs professionnels de titres différents effectuaient les mêmes tâches.

Elle a également permis que la profession devienne plus polyvalente, ce qui permet de répondre à l’évolution des modes d’organisation des soins et des lieux d’exercice. Ainsi, l’accès à cette profession est depuis lors accessible avec le DEAES. Les titulaires du DEAMP et du DEAVS obtiennent de droit une équivalence avec ce diplôme : les titulaires du DEAVS obtiennent une équivalence pour le DEAES spécialité Accompagnement de la vie à domicile, et les titulaires du DEAMP obtiennent l’équivalence du DEAES spécialité Accompagnement de la vie en structure collective.

Pour préparer le DEAES, aucun diplôme n’est exigé. Les établissements qui proposent la formation organisent eux – même les épreuves d’admission qui se composent d’un questionnaire d’actualité sur les problèmes sociaux, économiques, familiaux, médicaux et pédagogiques ainsi que d’un entretien -avec un jury- qui porte sur un texte remis au candidat.

Le diplôme se prépare en 12 à 24 mois de formation théorique et de  deux à trois stages pratiques répartis sur 24 semaines. Le candidat a le choix entre trois spécialisations :

  • Accompagnement de la vie à domicile
  • Accompagnement de la vie en structure collective
  • Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire

Pour plus de polyvalence et de choix, il est également possible d’ajouter une, voire deux spécialisations à son actif en effectuant une formation complémentaire à l’issue de la formation initiale.

La deuxième possibilité est de préparer le baccalauréat professionnel « Accompagnement, soins et services à la personne option B : en structure ». Cette formation se prépare en trois ans après la classe de 3e.

À noter qu’il existe des allégements de formation et des dispenses pour les titulaires d’un autre diplôme du secteur. Une validation d’acquis de l’expérience (VAE) est également possible si l’expérience professionnelle est en adéquation avec la spécialité du DEAES choisie.

Toutes les offres emplois

Top contrat

M