00 00 00 00
Déposer mon CV top-bar-line
Transmettre un besoin top-bar-line
Contacter mon agence top-bar-line

Fiche de poste : Psychomotricien

Mission principale du psychomotricien

La mission principale du psychomotricien consiste à aider le patient, aussi bien personne âgée qu’adulte, adolescent ou enfant, à surmonter ses difficultés psychiques et psychologiques qui s’expriment de façon corporelle, en agissant sur leurs fonctions psychomotrices au travers de la rééducation, rétablissant ainsi son équilibre psychologique. Ces troubles se manifestent au niveau du corps du patient : il bégaie, il est instable, il a des tics nerveux, ou encore il a des troubles du comportement, du geste ou de l’orientation, ce qui va se traduire par des difficultés émotionnelles et relationnelles.

Chez les personnes âgées, son travail permet également d’aider à traiter les stress et l’anxiété ou encore la perte d’autonomie. Le but du psychomotricien est donc d’aider son patient à se réapproprier son corps dans sa relation à lui-même et dans la relation qu’il entretient avec son environnement.

Pour traiter ses patients, il utilise des activités de jeu, de coordination et de rythme, ainsi que des techniques de relaxation. Il fait également faire à son patient de la rééducation des gestes et de l’expression plastique et corporelle.

Cet auxiliaire de médecine traite ses patients sur prescription et contrôle médical, lors de séances individuelles ou collectives. Il tient ainsi compte de la personne dans son ensemble psychologique et corporel pour choisir le mode de rééducation adapté.

Ce professionnel de la santé peut répondre aux besoins et aux capacités de ses patients grâce à de nombreux moyens techniques et outils. Il utilise ainsi des techniques de relaxation, des activités rythmiques et d’expression corporelle, l’intégration sensorielle ou encore des jeux. Si son analyse le révèle nécessaire, il peut également recourir à des moyens plus spécifiques tels que la balnéothérapie (thérapie par le bain) ou à l’équithérapie (thérapie par l’équitation).

Il est bon de noter que les besoins en psychomotricien sont croissants dans certains services : dans l’accueil des prématurés et la néonatalogie, dans la gériatrie, les soins palliatifs, le traitement des traumatismes crâniens ainsi que dans le traitement des maladies dégénératives.

Les qualités et compétences requises du psychomotricien

Pour exercer ce métier, il faut avant tout aimer se rendre utile aux autres et avoir le sens du contact, c’est-à-dire avoir le dialogue facile, être à l’écoute et faire preuve de tact. Il est également indispensable d’être patient et pédagogue afin de faire adhérer et comprendre à ses patients les différentes étapes du processus de leur rééducation. Il doit donc pouvoir mettre en place et conduire une démarche de conseil, de prévention, d’éducation thérapeutique et d’accompagnement.

Pour être en capacité d’aider ses patients, le psychomotricien doit être en bonne condition physique, avoir un très bon équilibre personnel et émotionnel, faire preuve d’empathie, être flexible et avoir de l’imagination et de la créativité pour trouver des jeux et des exercices adaptés à ses patients.

Il doit être capable d’analyser et d’évaluer une situation afin d’effectuer un bon diagnostic psychomoteur, de soigner et de rééduquer au moyen des différents outils dont il dispose et qu’il maîtrise.

Finalement, comme pour tout métier de la santé, il faut faire preuve d’une éthique et d’une déontologie irréprochables.

Lieu d’exercice et heure de travail du psychomotricien

Dans la majorité des cas, le psychomotricien exerce à l’hôpital. Mais il peut également exercer dans les lieux suivants :

  • dans le système scolaire : dans les écoles maternelles, en crèche ou en accueil périscolaire,
  • dans le secteur de la santé : dans les services de puériculture, de pédiatrie, de gériatrie, de neurologie ou de psychiatrie des hôpitaux, des cliniques privées ou des cliniques publiques, dans les associations sanitaires, les structures d’accueil des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les centres de cures médico-psychopédagogiques,
  • dans le secteur social : dans les maisons de retraite, les centres de rééducation et de réadaptation.

Le psychomotricien a également la possibilité de travailler en libéral, dans un cabinet.

Rémunération et salaire du psychomotricien

Le niveau de rémunération est différent selon que l’on exerce dans le secteur public ou dans le privé. Dans le secteur privé, le salaire mensuel moyen est de 2500 €.

Carrière en fonction publique

Deux statuts de catégorie B sont ouverts au psychomotricien du secteur public :

  • agent de la fonction publique territoriale en tant que technicien paramédical territorial
  • agent de la fonction publique hospitalière en tant que personnel médico-technique

Le recrutement dans la fonction publique requiert d’être titulaire du diplôme d’État de psychomotricien et de remplir les conditions d’entrée dans la fonction publique. De plus, il faut dans le premier cas d’être retenu sur liste d’aptitude après avoir réussi le concours, et dans le deuxième cas la réussite au concours vaut recrutement. Avant toute titularisation, le candidat recruté doit effectuer une année de stage.

Ce concours sur titre est organisé au niveau départemental par chaque établissement public concerné et les renseignements sont disponibles auprès des Directions Départementales de l’Action sanitaire et sociale (DDASS) de chaque département.

Évolutions professionnelles du psychomotricien

Au fil de son expérience, le psychomotricien peut choisir de se spécialiser dans des techniques particulières. Il pourra par exemple se spécialiser dans les rapports mère-enfant ou en gériatrie.

Après cinq ans d’exercice, il peut également accéder à des postes à responsabilités dans des établissements hospitaliers ou dans des établissements médicaux spécialisés dans la psychopédagogie. Ces postes peuvent être directeur adjoint, psychomotricien enseignant ou encore psychomotricien moniteur.

Une autre possibilité est de passer cadre dans la santé par voie de concours interne sur épreuves. Trois années d’expérience professionnelle ouvrent le droit de préparer sur deux ans le certificat correspondant.

Il existe trois grades chez les psychomotriciens :

  • psychomotricien de classe normale, comprenant 8 échelons
  • psychomotricien de classe supérieure, comprenant 5 échelons
  • psychomotricien surveillant, comprenant 7 échelons

Il est également possible de poursuivre ses études en licence de sciences sanitaires et sociales et en licence de sciences de l’éducation, ou encore d’intégrer une deuxième année d’ergothérapie ou de kinésithérapie.

Formation du psychomotricien

Le métier de psychomotricien est réglementé et n’est ainsi ouvert qu’aux titulaires du Diplôme d’État de psychomotricien (bac+3). Ainsi, il n’est pas rare de rencontrer des candidats qui souhaitent devenir psychomotricien à 50 ans. Ce diplôme forme à la prise en charge des troubles psychologiques : troubles de l’attention, maladies psychosomatiques, instabilité.

Il peut être préparé en 3 à 4 ans dans des instituts de formation spécialisés. Ceux-ci effectuent leur sélection sur concours (pour lequel une année préparatoire est souvent nécessaire) ou après la PACES (première année en études de santé). Le concours comporte deux épreuves écrites, français et biologie de niveau lycée, et un entretien de motivation. Le concours est particulièrement sélectif et un maximum de 400 candidats est admis au niveau national.

La première année est consacrée à la théorie. Les cours sont concentrés sur l’anatomie, la psychomotricité, la pédopsychiatrie et la physiologie. Les deuxième et troisième années sont quant à elles concentrées sur l’acquisition de la pratique en mettant l’accent sur les études de cas, les entraînements et les stages. Le passage à l’année suivante est conditionné par la validation des examens qui valident les acquis de chaque année.

Ces instituts de formation et universités agréés sont au nombre de douze.

Parmi ces centres de formation, L’Institut Supérieur de Rééducation Psychomotrice ou ISRP, présent à Paris et à Marseille, forme le plus grand nombre de psychomotriciens, mais ses places sont limitées. Il propose une première année en formation initiale pour favoriser l’acquisition des connaissances fondamentales et un cursus en alternance à partir de la deuxième année pour confronter le candidat à la clinique et aux patients. Une partie du cursus peut même être réalisée dans une des écoles partenaires à l’étranger via le programme Erasmus.

Parmi les instituts rattachés à des universités, on peut citer l’Université Pierre et Marie Curie ou UPMC à Paris, Claude-Bernard à Lyon, ou Paul-Sabatier à Toulouse.

Il faut également noter qu’il existe des dispenses de la première année qui peut être accordée sous certaines conditions : réussir une épreuve spéciale, avoir validé le premier cycle d’études médicales, une licence ou un master 1 en psychologie ou en STAPS, ou encore un diplôme d’État du paramédical tel que éducateur spécialisé, kiné ou orthophonie…

Les infirmiers et les ergothérapeutes bénéficient d’une équivalence puisque s’ils justifient d’une expérience professionnelle de deux ans, ils peuvent concourir pour un accès direct en 2e année de formation. Dans le cadre d’une reconversion, par exemple, il est tout à fait possible de devenir psychomotricien à 50 ans.

M