00 00 00 00
Déposer mon CV top-bar-line
Transmettre un besoin top-bar-line
Contacter mon agence top-bar-line

Fiche de poste : Technicien biomédical

Mission principale du technicien biomédical

La mission principale du technicien biomédical est d’assurer la maintenance préventive et curative sur un large ensemble de dispositifs médicaux dans des établissements de santé.

Plus concrètement, il doit s’assurer de maintenir l’inventaire à jour, de vérifier que le matériel médical fonctionne bien, il doit assurer la réparation des équipements endommagés et jeter le matériel irrécupérable.

Pour assurer ces rôles, il a trois types de tâches : organisationnelles, techniques et relationnelles.

Organisation

Les tâches organisationnelles lui permettent de préparer et essentiellement de faciliter l’accomplissement des autres types de tâches en mettant en place un programme de travail efficient. Ainsi, il s’agit de planifier ce qui doit être effectué dans la journée ou la semaine de travail, et en fin de journée, de ranger l’atelier afin d’assurer un espace de travail propre, ce qui favorise une bonne éthique de travail.

Pour réaliser ces tâches organisationnelles, il va s’appuyer sur un certain nombre d’outils tels que les tableaux, les étagères ou encore les classeurs. Selon son niveau d’expérience professionnelle, il peut également être mené à planifier la mise en service des équipements, en collaboration avec les utilisateurs finaux, les fournisseurs ou les services techniques.

Il peut aussi avoir la responsabilité de rédiger des protocoles et procédures relatifs à l’utilisation du matériel médical, de réaliser ou de suivre des contrôles de qualité sur le matériel et/ou de rédiger les procédures de vérification des équipements.

Les tâches techniques représentent le cœur du métier et occupent donc la plus grande partie du temps de travail du technicien biomédical (environ 20 heures de travail sur la semaine).

La première tâche est de garantir la pertinence de l’inventaire. Le technicien biomédical va donc mettre l’inventaire à jour au fur et à mesure qu’il dispose de nouvelles informations en les enregistrant dans un logiciel spécifique et il va vérifier lors de ses consultations que les informations enregistrées sont exactes et complètes.

Technique

La deuxième tâche est d’assurer la maintenance des dispositifs et équipements médicaux. Cet entretien commence par le nettoyage des composants, continue avec des tests de calibration et se termine avec le remplacement des pièces usées. Il s’assure ainsi que le matériel médical demeure fiable sur le long terme. Pour l’y aider, le logiciel lui permet de suivre les équipements qui doivent être entretenus selon l’ordre de priorité. Il doit également suivre les réparations qui ont déjà commencé puisque ce processus peut s’étaler dans le temps.

Relationnel

Le technicien biomédical ne pouvant travailler en autarcie et garantissant la fiabilité du matériel utilisé par le reste du personnel de l’hôpital, les tâches relationnelles sont tout aussi importantes dans son travail. Celles-ci commencent par une tournée régulière des centres de service pendant laquelle il va entretenir un bon contact avec les responsables de service et constater avec eux les éventuels bris et pannes, mais aussi mettre à jour l’inventaire en vérifiant le nombre d’équipements disponibles et l’arrivée de nouveau matériel.

Par la suite, en collaboration avec le département logistique, il va suivre les réquisitions de pièces, c’est-à-dire vérifier où en sont rendues les commandes de pièces. Si ce service n’existe pas, il gère l’approvisionnement et le suivi du stock de pièces après avoir lui-même procédé à leur commande. Finalement, il décide de la mise au rebut d’un matériel médical. Avant de jeter un appareil arrivé en fin de vie, il vérifie s’il n’y a pas des pièces récupérables qui pourraient encore servir.

Les qualités et compétences requises du technicien biomédical

Les qualités requises pour exercer cette profession sont une bonne gestion du stress ainsi que la capacité à travailler en équipe et à coopérer, puisqu’il doit régulièrement s’entretenir avec le reste du personnel médical et travailler en collaboration avec certains d’entre eux.

Il doit également faire preuve de rigueur et d’un bon sens de l’observation, et avoir un sens du résultat et de la qualité irréprochable pour identifier et repérer les failles, les dysfonctionnements et tout défaut ou anomalie des dispositifs et équipements médicaux, et déterminer ce qui est réparable, ce qui est récupérable et ce qui est à mettre au rebut.

Pour mettre en service et conduire des installations, ainsi que pour optimiser le fonctionnement du matériel, ce professionnel doit par ailleurs être capable de comprendre la documentation technique des dispositifs médicaux. En ce sens, des connaissances en anglais technique sont fortement appréciées.

Une bonne connaissance de l’informatique est également requise puisque le technicien biomédical utilise des logiciels pour pouvoir organiser et réaliser ses tâches de manière efficiente et optimale.

Finalement, ce professionnel doit savoir concevoir, formaliser et adapter des procédures relatives à son domaine ; évaluer la conformité d’un matériel au vu des normes internes et externes ; choisir et utiliser des outils de travail adéquats pour réaliser son travail.

Lieu d’exercice et heure de travail du technicien biomédical

Ce métier peut être exercé aussi bien en hôpital public qu’en clinique privée. Le secteur des entreprises biomédicales (fabrication, commercialisation et maintenance de matériel biomédical) offre également une palette d’emploi un peu plus large avec une concentration sur l’aspect technique ou commercial ou encore la formation.

Rémunération et salaire du technicien biomédical

Le salaire du technicien biomédical débute à 1800 € brut par mois et peut atteindre 3600 € brut en fin de carrière.

Carrière en fonction publique

Les emplois en fonction publique sont accessibles sur candidature directe (il n’y a pas de concours à passer), et ils se situent au niveau II dans l’échelle de la fonction publique hospitalière.

Évolutions professionnelles du technicien biomédical

Après quelques années d’expérience professionnelle, il est possible dans le cadre de la formation continue de suivre une formation ouvrant la voie à un grade supérieur.

Formation du technicien biomédical

Le métier est accessible avec un niveau bac+2/3 en technologie biomédicale. Il n’y existe donc pas de diplôme d’État ou de diplôme particulier pour exercer ce métier. Seule la spécialisation choisie importe.

Parmi les formations adaptées à cette profession, on peut par exemple citer la Licence professionnelle Maintenance et Technologie Biomédicales MTB de l’IUT d’Aix-Marseille ou encore la Licence professionnelle de Biophotonique de l’UFR de Physique de l’université Paris 7.

M