00 00 00 00
Déposer mon CV top-bar-line
Transmettre un besoin top-bar-line
Contacter mon agence top-bar-line

Fiche de poste : Technicien de laboratoire

Mission principale du technicien de laboratoire

Le technicien de laboratoire a pour mission d’effectuer des analyses biologiques suivant des techniques particulières et des tests de contrôle en vue d’établir un diagnostic.

En entreprise agroalimentaire, pharmaceutique ou cosmétique, il s’assure du bon déroulement du processus de fabrication du produit. Par exemple, celui d’une crème dessert, d’un médicament ou d’un vernis à ongles. Il va donc analyser le produit à chaque étape de sa fabrication pour s’assurer que celui-ci est fabriqué dans le respect des normes techniques préétablies. Cela passe par une analyse physico-chimique, par un contrôle d’acidité, par un contrôle de texture… Ces tests permettent également d’améliorer la texture ou encore l’arôme du produit.

Le technicien d’analyses biomédicales est en charge d’effectuer des analyses de sang, d’urine ou de tissus à partir d’une prescription médicale afin de déceler une maladie, une carence, une grossesse… Il réalise ces analyses soit manuellement, soit à l’aide d’appareils électroniques perfectionnés. Il a ensuite pour responsabilité de transmettre les résultats obtenus au chef de laboratoire ou au médecin afin que ce dernier les déchiffre et les valide.

En centre de recherche ou en laboratoire de police scientifique ou technique, les analyses réalisées par le technicien de laboratoire contribuent à l’amélioration des connaissances médicales (notamment en matière de vaccination) ou à détecter des éléments clé dans une enquête (par exemple grâce à l’analyse de résidus sanguins prélevés sur une scène de crime).

Quel que soit son secteur d’activité, le technicien de laboratoire a la lourde responsabilité de suivre un protocole précis établi par son responsable, de veiller au strict respect des normes, et d’émettre après chaque expérience un rapport minutieux qu’il transmet à sa hiérarchie. Il est également chargé à l’issue des analyses de nettoyer la zone de travail. En plus de ces tâches, il doit assurer l’entretien du matériel de contrôle et des appareils utilisés, et de mettre au point des protocoles.

Il existe une filière de techniciens spécialisés en hygiène hospitalière nommée biohygiéniste. Celui-ci a pour mission d’assurer une veille sur la qualité de l’environnement hospitalier (surface, eau, air et dispositifs médicaux) en accompagnant le développement des innovations techniques pour l’amélioration de l’hygiène de l’environnement. Il a également pour rôle de conseiller, suivre et contrôler l’application des règles, procédures, normes et standards relatifs à l’hygiène environnementale et hospitalière.

Les qualités et compétences requises du technicien de laboratoire

De par la technicité du métier, des protocoles et des règles d’hygiène et de sécurité très strictes, il est nécessaire d’être méthodique et parfaitement organisé, attentif et particulièrement rigoureux et précis. En effet, le contact régulier avec des microbes ou des substances toxiques peut parfois s’avérer très dangereux. De plus, la justesse et la précision des analyses sont des conditions sine qua non d’un bon diagnostic.

En termes de connaissances, au-delà des diplômes requis, le technicien de laboratoire doit posséder des connaissances affirmées en biologie, bactériologie et chimie, ainsi que des connaissances techniques pointues sur le matériel et l’analyse informatique. Un bon esprit d’analyse et de synthèse est également indispensable pour la pertinence et la précision du rapport qu’il émet à la suite de ses analyses et contrôles.

Lieu d’exercice et heure de travail d’un technicien de laboratoire

Les postes sont essentiellement concentrés dans les domaines de l’environnement, de la fonction publique, du médical, de la pharmacie et du cosmétique ainsi que dans l’industrie agroalimentaire.

Dans le secteur public, le technicien de laboratoire pourra exercer en hôpital, en clinique, dans les laboratoires de l’administration (par exemple au service de la préfecture de police) ou encore dans un laboratoire de recherche (CNRS, INSERM, IFREMER).

Dans le secteur privé, il exercera dans un laboratoire médical, pharmaceutique ou cosmétique, dans un laboratoire de biologie médical ou dans le laboratoire d’une grande entreprise agroalimentaire.

Ses horaires de travail varient entre 7 h et 19 h dans le secteur privé, du lundi au samedi.

S’il exerce dans le secteur médical ainsi que dans la fonction publique, il travaille non seulement en semaine, mais également pendant les week-ends et jours fériés. Dans le cas d’une garde sur place, il travaille jusqu’à 21 h et en cas d’astreinte à domicile, il travaille de nuit entre 21 h et 8 h

Rémunération et salaire d’un technicien de laboratoire

Le salaire d’un débutant varie aux alentours de 1500 € brut par mois pour un technicien de laboratoire médical qui exerce dans le privé. Dans les autres secteurs, la rémunération est fortement variable, et dépend en grande partie de la taille de la société.

Dans la fonction publique hospitalière, on distingue deux catégories de technicien de laboratoire médical :

  • Le technicien de laboratoire médical de classe normale
  • Le technicien de laboratoire médical de classe supérieure

Le premier perçoit un salaire brut mensuel qui varie de 1626,05 à 2478,91 €.

Le second perçoit un salaire brut mensuel qui varie de 2047,79 à 2727,27 €.

Carrière en fonction publique

Pour exercer dans la fonction publique, il faut remplir les conditions d’entrée de la fonction publique, posséder un diplôme d’État et passer un concours sur titre. Ce dernier est organisé dans chaque établissement au niveau de son département. Les renseignements relatifs peuvent être obtenus auprès des Directions départementales de l’Action sanitaire et sociale (DDASS) du département concerné.

Évolutions professionnelles d’un technicien de laboratoire

Après quelques années d’exercice, un technicien d’analyses biomédicales peut prétendre à un poste de surveillant des services de laboratoires, puis à un poste de chef de laboratoire.

De manière générale, le technicien de laboratoire pourra être amené à diriger une équipe de laborantins sous l’autorité du chef de laboratoire.

Il peut également s’orienter vers l’enseignement après cinq années d’exercice professionnel. Pour ce, il devra passer par l’école des cadres donnant accès aux fonctions de l’enseignement. Celle-ci est accessible sur concours.

Formation d’un technicien de laboratoire

L’accès à la profession débute par l’obtention d’un des baccalauréats professionnels suivants :

  • Bac technologique STL (sciences et technologies de laboratoire), spécialité biotechnologies ou sciences physiques et chimiques en laboratoire ;
  • Bac technologique STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) ;
  • Bac professionnel laboratoire contrôle qualité ou bio-industries de transformation (si l’objectif est d’exercer dans l’agroalimentaire).

L’obtention de l’un de ces baccalauréats permettra ensuite de poursuivre en BTS ou en DUT (bac+2) spécialisé :

  • BTS ABM (analyses de biologie médicale)
  • BTS bio analyses et contrôles
  • BTS biotechnologies
  • BTS biophysicien de laboratoire
  • DUT génie biologique options analyses biologiques et biochimiques (GB ABB)
  • DUT industries agroalimentaires et biologiques (GB IAB)
  • DUT agronomie (GB agro)
  • DUT bio-informatique (GB BI)

Si l’on souhaite exercer en tant que technicien d’analyses biomédicales, un des BTS ci-dessus ou un DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques (GB ABB) est nécessaire.

Bien que le métier de technicien soit accessible avec un niveau bac+2, dans la perspective d’une évolution professionnelle, la poursuite en licence professionnelle est fortement recommandée.

Le détenteur d’un diplôme de niveau bac+3 peut préparer le DETAB (Diplôme d’État de Technicien en Analyses Biologiques) s’il souhaite exercer hors de France (mais en Europe).

Top ville

Toutes les offres emplois

Top contrat

M